Crise corona

Institut pour une triarticulation sociale
(contenu spécifique au site français)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch English Dutch Skandinavisk Français Italiano Español Português (Brasileiro) Russisch
Recherche
 contact   BLOG  impressum 

Retour au menu des pages thématiques

mise à jour et ajout au 8 puis 15 mai 2020

Autour de la crise "corona"

 Il n'est pas dans nos habitudes de trop coller à une actualité événementielle. Nous laissons à d'autres de tenter de peser sur des opinions. Ce qui compte pour moi, c'est d'aider chacun qui aimerait vraiment améliorer son aptitude à s'y orienter. Pas tant sur le moment, mais sur ce qu'il conviendrait de promouvoir et ce à quoi il faudrait renoncer dans le sens d'une tri-articulation.

La pandémie actuelle surprend par sa capacité à surcharger les hôpitaux, voir les crématoriums...mais en certains endroits seulement.
La nouveauté du phénomène, montre plutôt, combien est d'abord déterminant le bon échange des points de vue pour connaître, lui même déjà très dépendant aussi de la manière de l'aborder politiquement.

La tendance à attribuer au seul virus les malades et les morts serait générale dans le grand public s'il n'y avait pas eu, par exemple en France, un responsable d'Institut hospitalier universitaire mondialement respecté pour ses travaux, pour refuser le jeu d'une médecine plus directement liée au commerce des médicaments, pour, non seulement dire son point de vue, le faire savoir de manière autonome, mais aussi l'appliquer en pratiquant, de fait, malgré la centralisation nationaliste qui reste propre à notre République, voir notre peuple, une autre politique sanitaire dans sa région. Ce serait aussi la même chose si ne nous parvenait pas aussi des chiffres très différent de pays proches ou plus lointains. Ceci à condition de déjà prendre un peu de recul sur l'émotionnel de l'info qui focalise le regard intérieur.

J'avais traduis ici deux articles d'un responsable d'hôpital du Land allemand de Berlin, transmis par un ami tri-articuleur qui est patient dans ce secteur pour une autre maladie. Ce qui m'a intéressé c'est, en plus des particularités d'approche médicale de la pandémie, sensiblement différente de ce que j'entends en France, une conscience plus large, déjà chez un homme de terrain, est étendue, entre autres, à la dimension juridico-politique du quotidien.

> Pr Harald Matthes, directeur général de l’hôpital communautaire Havelhöhe, SàRL d'intérêt général
1- La peur circule – Un appel à l'objectivation dans la lutte contre la nouvelle maladie infectieuse
2- Le calme avant la tempête : qui ou quoi nous laisse agir actuellement ?  22.3.2020
3- Corona et salutogenèse : Quelle contribution peut produire la médecine anthroposophique
en soins lors de la pandémie au covid-19 ?
in 'Die drei' mai 2020

   Un autre aspect, c'est ce qui se signale déjà, comme approche plus globale, mais cette fois de la part de penseurs "professionnels" proches ou formés à la tri-articulation. Même si cela pourra laisser le lecteur sur sa faim, parce que c'est encore très lié aux vues de leurs auteurs, déjà acquises antérieurement , et qu'il leur faudra encore un peu de temps pour illustrer plus avant par l'actualité.
Il est quand même déjà intéressant qu'ils abordent les choses tous deux du propos, on ne peut plus global, de l'économie forcément à penser comme mondiale, pour la penser correctement (cf. R.Steiner). Mais aussi d'une certaine économie mondiale, pensée et critiquable, pour ce qui est de la vision dominant actuellement la science sociale correspondante, et son influence sur les instituions politiques : celle de l'économie politique selon le terme encore consacré.

Tout d'abord donc >  Thomas Brunner
1- Réflexions au sujet du dilettantisme scientifique et politique durant la crise du Corona   26.03.2020
2- Le syndrome corona. La traumatisation de la société par un pouvoir systémique ou : une voie pour la compréhension de ceux qui préconisent les mesures.   31.03.2020

Puis >  Christian Kreiß
1- La peur du corona et la dépression économique à venir
Le krach boursier de 2020 et la panique financière de 1907 provoquée délibérément : y a-t-il des parallèles ?   31.03.2020

  Et là, nous somme quand même rendu attentif à un phénomène en cours qui malgré son ampleur, semble-t-il, est quasi-complètement couvert par l'alimentation médiatique de nos problèmes d'individus vivant pourtant en société avant même de vivre dans la nature de nos corps. Peut-être même générateurs collectivement de pandémies par notre inconscience à la réalité de notre vie en société. Quand voudrons-nous ne pas laisser cela à d'autres ? Développer la culture correspondante ?
Pour la petite histoire, cherchant à partager cela sur un réseau social pourtant assez éveillé aux dessous de l'actualité, je me suis donc quasiment fait traiter d'être sujet au conspirationisme, tant le crack boursier en cours reste (soigneusement ?) couvert par ce que j'aimerai ne pas finir par devoir appeler un jour l'effet corona, voire le leurre corona. J'ai donc été vérifier. (Ci-contre une copie d'écran à l'exemple du CAC40, période du 7 janvier au 3 avril 2020.)


Alors, pour l'instant, tel encens et goupillon jadis, et bien qu'ayant revêtu le treillis pour certains d'entre eux, les états, leurs gouvernants "injectent" des sommes importantes et nous font croire (ou croient eux-mêmes) que le changement sera dans les conditions dont elles seront assorties... (cf. entretien avec Pascal Lamy, Fondation Delors... parmi les plus "progressistes" dans l’establishment de l'Union européenne pourtant.) Sauf erreur, ces sommes, ne sont que des emprunts... même dans l’opulente Allemagne. Et plus occulté que jamais, "corona" distrayant de la fosse d'orchestre au poulailler, des masses de titres changent probablement de main... le vrai Pouvoir se déplace. Vrai parce qu'encore laissé. Faute de tri-articulation suffisamment travaillée, partagée, réalisée.
Bienvenue au 21ème siècle !

Sur les crises financières, notamment celle que chez nous, en Europe, les grecs ont payé au prix fort, page thématique "Crise financière".                                                                                              

Sur ce qu'est plus exactement l'ordre néo-libéral et peut-être en sortir, le début d'une série de Johannes Mosmann

F. Germani, 04/04/2020

et, depuis ce 1er mai, son travail dédié à l'éclairage de ce qui se passe en ce moment :

Le virus Corona :
L'humanité à la croisée des chemins
Comment le monde se réorganise dans l'ombre de la crise

Signalons aussi, le propos, acquit par de tous autres moyens, de Jean-Dominique Michel, que je n'ai visionné que très récemment : https://www.youtube.com/watch?v=O2bKB9MXIK4
Finalement, bien que très insécurisé et affecté par l'avancement de la dangereuse domination, se mettant en place depuis un moment, mais rendue plus visible, espérons le à un plus grand nombre, je me découvre pourtant impressionné par combien des points de repères que je me suis laborieusement conquis à une œuvre vieille de cent ans restent non seulement opérant ( je n'ai rien eu à changer à ce texte d'il y a un mois maintenant), mais ne sont pas encore épuisés particulièrement dans les voies de solution qu'elle propose. Reste de la rendre toujours plus accessible, tout en poursuivant sa mise au jour, en espérant... que de plus jeunes puissent au moins  s'en saisir s'il ne la réinventaient pas !

F. Germani, 08/05/2020

Deux nouveaux ajouts au 13/05/2020

Corona et salutogenèse : Quelle contribution peut produire la médecine anthroposophique
en soins lors de la pandémie au covid-19 ?
in 'Die drei' mai 2020

Le « courage » de guérir - Alain Morau     ( trad. revue par l'auteur)
« Il vaut mieux mourir selon les règles, que de réchapper contre les règles. »
Précepte de Molière dans : L’amour médecin, acte II, scène 5.