Section de science sociale de l'Université de science de l'esprit

Institut pour une triarticulation sociale
(contenu spécifique au site français)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch English Dutch Skandinavisk Français Italiano Español Português (Brasileiro) Russisch
Recherche
 contact   BLOG  impressum 

Histoire et sens de la section

Histoire

Page officielle traduite

Remarques complémentaires

Tout de suite se posa la question : est-ce une section du congrès de Noël ? Et bien non. L’intention aurait-elle déjà été présente ? Il se dit que G. Wachsmuth aurait été « pressenti » mais aurait préféré les sciences de la nature. Un autre : "Pas du tout, c'est un travail sur le cours d'économie qui lui aurait été demandé par R. Steiner. Mais alors pourquoi pas une des 4 personnalités ?

Carl Unger - Emil Molt - Emil Leinhas - Roman Boos


fidèles compagnons du temps de la tri-articulation.  


Concernant l'historique du « temps de la tri-articulation » vous pouvez éventuellement lire aussi ce qu'en dit C. Strawe.

Concernant la brève évocation du congrès de Noël, voir éventuellement ce qu'évoque Hella Wiesberger (Lors de la sortie d'une nouvelle édition de ses actes).

Ensuite vient ce grand « blanc » que pour l'instant je ne parviens à combler que par des traces dans la GA d'une « association pour les sciences sociales » au Goetheanum et d'une publication : « Correspondance de science sociale » («Sozialwissenschaftliche Korrespondenz ») dans le cadre de la « section de sciences sociales de la Société anthroposophique » autour de Roman Boos dans les années de 1926 à 1934.
On entre là dans une période noire où il n’est pas facile de s’orienter sur le moment et dont nous parviennent aujourd’hui des études au sujet des tergiversations face au régime nazi, mais aussi des choix qui ne sont pas sans conséquences sur l’expérience que nous pouvons avoir aujourd’hui du mouvement anthroposophique  (systématisation de la lecture des leçons ésotériques instituant des "lecteurs" plutôt que le terme proposé aujourd'hui de "transmetteur" - qui n'est peut être pas beaucoup plus heureux -, disparition de « triarticulation » comme sous titre de « Das Goetheanum », …)

La page de présentation ne reprend donc le fil que dans les années soixante.C’est un moment où la tri-articulation commence à  ressortir par elle-même de la société allemande, où convergent notamment vers Achberg, près du Lac de Constance, autour du travail de Wielfried Heidt, la jeunesse voyant quelque chose de justifiée dans l'impulsion sociale de R. Steiner, ce fut aussi le temps de Joseph Beuys (voir les vidéos d'époque) et où on se proposerait à Dornach d’accueillir (ou accompagner) cette aspiration. C'est aussi le moment où se fondent de nouvelles institutions concernant la banque et le rapport au sol comme les porta notamment W. E. Barkhoff (pdf), le conseil à la structuration des d'entreprises et autres institutions. Ce seront les années Schmidt Brabant dont on peut dire, qu'à sa façon, il la fonda enfin. Se forme a cette occasion un premier cercle francophone autour de J.J. Sick qui présentera section et cercle français (pdf) en 2001 dans le bulletin de la Société anthroposophique en France et qui poursuit toujours ses rencontres.

Puis vient, évoquée de manière sibylline, l'histoire plus récente où P. Makay délègue à Ulrich Rösch, mais où, si après la chute du mur de Berlin, une nouvelle vague d'initiatives apparaît autour de la tri-articulation, puis une autour d'un revenu de base, Ulrich me confiera un jour qu'il "lui a fallu du temps pour digérer que cela se passe désormais hors les murs du Goetheanum" (voir peut-être aussi sa dernière conférence peu de temps avant son décès).

Cependant vers 2011 un collège de section commence à se former (pdf), et comme souvent en ces moment des échanges s'ouvrent sur le sens, et donc aussi l'histoire et l'avenir.
Que vous pourrez suivre la suite en partie ici.

Sens

Parler du sens, de l'objet de cette section, ouvre forcément sur ce qu'elle semble avoir été voulue par Rudolf Steiner dès la constitution de l'Université au congrès de Noël 1923, mais que personne n'a pu la porter. C'est pourquoi, s'il y a peut être quelque-part des traces des intentions  la concernant, elle n'a pas bénéficié comme les autres sections d'alors de définitions de son champ d'action, de conseils, de contenu méditatifs spécifiques.

Le seul document facilement accessible en français, hormis la présentation qu'en fait JJ Sick, est à ma connaissance, celle de Paul Mackay, successeur de Schmidt-Brabant, dans une présentation globale de l'Université. Sur ce que ce dernier aurait laissé d'écrit là dessus, rien ne m'a encore été rapporté. Et chacun y va donc de son avis. Reste cependant que c'est le moment où elle a été la plus active. Il est parfois question de faire au moins un travail historique, mais il s'avère aussi qu'elle a toujours été une des moins dotées parmi les sections et que, jusqu'au tout récent départ de Paul Mackay, elle a toujours été financée (en partie ou totalité ?) sur le budget du membre du Comité de la société anthroposophique, qui en "cumulait" la responsabilité. Un travail historique attendra donc, d'autant plus que maintenant, dans une nouvelle publication de même nature, les circonstances ont fait que son nouveau responsable n'a même pas pu faire l'équivalent de ce qu'avait fait son prédécesseur. Cela peut se comprendre, puisqu'il lui faut tout rassembler et qu'il est aussi fort sollicité pour le Goetheanum dans son ensemble.

Je me permets donc de proposer mon propre cheminement par trois pistes :

- Tout d'abord la question de la science sociale dans l’œuvre de Rudolf Steiner.
Il utilise la plupart du temps le singulier et parle aussi bien de sociologie, d'histoire, de comptabilité, de psychanalyse, d'économie, de droit.
En son temps, certaines de ces disciplines sont encore naissantes. L’Allemagne voit d'ailleurs des chercheurs venir du monde entier pour se former. La distinction sciences humaines et sciences sociales répandue partout aujourd'hui semble ne pas encore exister. Dans un travail en cours sur l’œuvre complète semble se dégager qu'il la considérait dans un triptyque avec la science de l'esprit et la science de la nature. Ce qui semble d'ailleurs tout à fait correspondre à  la façon dont il caractérise les "membres" de son "organisme" social tri-articulé.
De l'étude de cette tri-articulation sociale (ou celle-ci appliquée en tant que méthode de connaissance au fait social - ou de société) semble aussi se dégager qu'il s'agisse d'une science de ce qui est institué, de ce que signifie l'institution en tant que telle pour l'individu ou les groupes d'individus, qu'elle soit formalisée ou reste instinctive ou inconsciente, mais saisie par un regard formé à cette question du rapport individu-institution ou individu-société.

- La "sociologie" ou les professions, ou biographies, des individualités qui ont travaillés à l'émergence de la section telle qu'elle apparaît dans l'histoire et la fréquente "majoritairement" ou y ont formés des groupes de travail. Un point commun dominant : "diriger" soi-même ou conseiller des "dirigeants", ou des groupes. Même un groupe des "mères de familles" y a vu le jour et peut être vu sous cet angle.

- L'histoire de l'Université elle-même. Si donc Rudolf Steiner distinguait bien trois sciences principales comme "formant" Anthroposophie, ce n'est probablement pas pour qu'une section spécialisée soit "ouverte à tous" ou à n'importe quelle démarche de connaissance, mais probablement à tous ceux qui souhaitent développer une science sociale anthroposophique sur l'aspect, ou les conséquences,  de ce qui peut aussi être étudié en science anthroposophique de l'esprit ou en science anthroposophique de la nature. Tout le monde peut bien sûr s'intéresser au "social", surtout quand il devient générateur d'angoisses, mais encore faudrait-il que ceux qui veulent y travailler le puisse pour pouvoir répondre ensuite à l'intérêt des autres. Ici intervient un aspect de l'histoire de l'Université.

Si dans un premier temps l'institution de la lecture des leçons de première classe données par R. Steiner  a permis une bonne connaissance de celles-ci par les membre, et un certain approfondissement personnel,  elle n’a permis ni la stimulation mutuelle ni la saisie, partagée sur cette base, des questions du généralement humain dans la société d'ensemble. La section d’anthroposophie générale a en quelque sorte été figée dans une sorte de commémoration. Cela a probablement un effet particulier sur celle destinée au développement d’une science sociale, c'est-à-dire celle de la traduction compétente, dans la structuration toujours à revivifier de l’organisation sociale, dans un monde déjà qualifié il y a 100 ans par Rudolf Steiner de "devenu compliqué", de la recherche d'anthroposophie générale. En même temps, et dans l'autre sens, elle n'a pas non plus, à cause de cela, la possibilité de nourrir correctement, au côté des autres sections spécialisés, cette réflexion générale. Celle-ci se trouve donc jusqu'à présent devoir en même temps héberger les deux préoccupations, ou parfois même simplement mal celle la dimension générale.

Alors cette section, loin d'être vouée à être une auberge espagnole, verra probablement son périmètre  mieux défini lorsque les tentatives actuelles de donner enfin sa place à la section générale commenceront à porter des fruits. Elle devrait alors peut-être même pouvoir s'appuyer sur ceux-ci pour développer ses disciplines et spécialités propres sans être phagocytée par des aspirations à un social souvent nébuleux. Alors peut-être aussi que la tri-articulation sociale y prendra la place qu'il me semble lui revenir ?

( F. Germani 19 février 2015 puis 3 mai 2018)