Ecole libre Waldorf

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Collection: 111 - Qu'est-ce qu'une école libre ?
Sujet : Les professeurs ont peur de la liberté.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA330 286-287 (1983) 18/06/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE

 

On peut donc le comprendre, que ceux, qui se tiennent dans cette vie de l’esprit comme personnalités enseignantes ou éduquantes, ont une certaine peur que l'État ne leur verserait plus leur paie. Que devraient-ils alors faire ? Oui, cela appartient à ces expériences que l’on fait malheureusement si souvent dans le présent, aux expériences que donc les êtres humains reconnaissent, qu’il est nécessaire que vienne une nouvelle formation de nos rapports sociaux -, mais qu’ils ne peuvent prendre leur essor à vouloir vraiment ce qui pourrait conduire à une telle nouvelle formation. Quand on a beaucoup parlé dans les derniers temps avec des êtres humains sur la nécessaire nouvelle formation, aussi avec ceux, qui en général sont entièrement convaincus qu’une telle nouvelle formation doit venir, alors ils demandent une chose : oui, mais tu dois donc dire de manière certaine, ce qui se passe à l’avenir, avec l'être humain particulier, avec le métier particulier ! – Quand est parler de socialisation, les fonctionnaires des postes demandent : comment socialise-t-on le fonctionnaire des postes, comment sera sa situation ? – A la base de ces palabres repose quelque chose d’extrêmement particulier. Les êtres humains ne regardent pas la vie actuelle, ils ont aujourd’hui encore des illusions sur la conservation des conditions actuelles, ils ne veulent pas s’élancer à des représentations d’une véritable réorganisation et alors ils demandent : oui, dis-moi une fois, comment se comportera dans le nouvel ordre ce à quoi je me suis habitué comme ancien ?

Dans une telle question repose en fait rien de moins que l’exigence : comment révolutionnons-nous le monde ainsi que tout reste à l'ancien. Et quand on ne donne pas de réponse sur la question : comment se comportera l'ancien dans l'ordre nouveau ? Alors les gens disent : ce que tu dis, cela m’est tout à fait incompréhensible ! – Ainsi c’est aussi à peu près, quand maintenant ceux qui sont occupés dans le système d’éducation et de cours, ont leur gros souci avec comment devrait se former leur position économique. Aussi loin que ces êtres humains se tiennent dans la vie de l’esprit comme donnant cours ou éduquant, la vie de l’esprit sera à aménager par eux d’après de purs points de vue pédagogiques-didactiques et d’idées spirituelles intérieures, indépendamment des vies de l’état et de l’économie ; sinon, parce qu’ils doivent aussi vivre, ils sont une coopérative économique dans l’organisme de l’économie à l’intérieur de l'organisme social tri-articulé. Et exactement justement ainsi qu’une entreprise de travailleurs de fabrique sait évidemment qu’à partir de la vie de l’économie lui reviendra ce qu’elle a besoin, pour satisfaire ses besoins, ainsi la compagnie des conseils de la vie de l’économie aura aussi à veiller qu’existe de manière correcte un rapport économique entre le corps de l’économie, qui est autonome dans l'organisme social tri-articulé, et l’autre corps économique, qui a à soigner la vie de l'esprit. Et ce qui reste entre dedans comme troisième membre de l'organisme social, l’état de droit, il aura à veiller à ce que ce qui sera conclu dans le libre contrat entre le corps de l’économie et le corps de l’esprit, ce sera aussi vraiment exécuté.

Qui veut vraiment comprendre intérieurement et a le courage de comprendre, que la vie de l’esprit devra devenir libre, que ce qui en lui est spirituel, devra être placé sur la propre base de l’esprit, celui-là pourra aussi s’appeler à la compréhension de comment l’économique de cette partie spirituelle de l’organisme social tri-articulé se forme dans le futur.