Ecole libre Waldorf

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Collection: 111 - Qu'est-ce qu'une école libre ?
Sujet : Des écoles libres sont seulement possibles sans financement étatique.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA303 328-329 (1987) 03/01/1922
Traducteur: Geneviève Bideau Editeur: EAR

 

X : La loi hollandaise permet de fonder une école indépendante lorsqu'on y est sérieusement décidé. Serait-il possible, si nous ne pouvions pas obtenir d'argent en Hollande d'une autre façon, d'édifier une école indépendante avec les subventions de l'État, à la condition que nous puissions être entièrement libres et garder l'enseignement entre nos mains ?

Rudolf Steiner : Dans cette question, il y a un point que je ne comprends pas bien, un autre qui me paraît douteux. Je ne comprends pas bien que l'on ne puisse pas trouver d'argent en Hollande pour une école véritablement libre. Pardonnez-moi, c'est peut-être naïf de ma part, mais je n'arrive pas bien à comprendre cela. Car il me semble tout de même que si l'enthousiasme est assez grand, il est alors possible tout au moins de commencer. Il n'y a pas besoin de tant d'argent que cela pour commencer.
Le deuxième point qui me paraît douteux c'est qu'on puisse réussir à le faire avec des subventions de l'État. Car que l'État se laisse* enlever l'exercice
Le texte porte ici un « nicht » que nous supprimons, en accord avec l'éditeur de l'édition allemande, car le sens demande à l'évidence sa suppression. L'éditeur allemand a l'intention de le supprimer lors de la prochaine réédition. (N. d. T.)
de son droit de regard sur l'école s'il donne des subventions, c'est cela qui me paraît bien douteux. Je ne crois donc pas qu'on puisse fonder une école véritablement libre avec des subventions, c'est-à-dire sous la surveillance de l'État. Ce fut aussi à Stuttgart un coup de chance, aimerais-je dire, que l'École Waldorf ait été fondée tout juste avant que l'Assemblée nationale de la République ait adopté une loi scolaire sous l'égide de laquelle la fondation d'une telle école était impossible, car, n'est-ce pas, nous perdons toujours plus de liberté à mesure que le libéralisme se répand. Et il est probable qu'aujourd'hui, où le progrès règne en maître en Allemagne, l'École Waldorf de Stuttgart ne pourrait précisément plus être fondée. Mais elle a été fondée avant. Et maintenant — voici que le monde a aujourd'hui les yeux sur l'École Waldorf et on la laissera subsister jusqu'à ce que le mouvement qui a créé ce qu'on appelle l'école élémentaire soit assez fort pour qu'on lui enlève au nom d'un fanatisme quelconque ses quatre premières classes. J'espère que nous pourrons l'empêcher, mais nous allons dans ce domaine aussi vers des temps terribles. Et c'est pourquoi j'insiste aussi fréquemment sur le fait qu'il est nécessaire de faire sans tarder ce qui doit avoir lieu ; car il se répand sur le monde une vague qui va tout à fait dans le sens de l'État coercitif. Et il en est réellement ainsi que la civilisation occidentale s'expose au danger d'être un jour tout simplement submergée par une civilisation plus ou moins asiatique qui aura alors quelque chose de spirituel. Cela, les hommes ne veulent pas le voir, mais les choses en viendront jusque là.

 

N'est-ce pas, la chose en est seulement plus ou
moins retardée lorsqu'on croit pouvoir tout d'abord faire appel aux subventions de l'État. Pour ma part, je n'en attendrais pas grand chose. Mais quelqu'un a peut-être une autre opinion. Je vous prie d'exprimer aujourd'hui très librement toutes vos opinions.