Ecole libre Waldorf

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Collection: 111 - Qu'est-ce qu'une école libre ?
Sujet: L'école Waldorf devrait-elle être une partie de la société anthroposophique ?
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA300c 112-115 (1975) 05/02/1924
Traducteur: FG Editeur: SITE

 

J’aimerais déjà prier les institutions particulières de considérer absolument que ce qui vient ainsi de Dornach a toujours un arrière-fond ésotérique. De l’autre côté est justement ainsi compréhensible, que tout de suite l’école Waldorf a soulevé, par ses représentants, la question de la position qu’elle veut prendre maintenant vis-à-vis de Dornach, respectivement à l’école supérieure de Dornach. Maintenant apparaissent là aussitôt, comme peut-être, quand vous avez plus précisément réfléchi à la question, vous aurez déjà senti tout de suite des difficultés significatives. En particulier par la dernière décision en rapport au conseil d’administration, que vous avez établie dans la mission du conseil d’administration. La chose est en fait celle-là : il est nécessaire de chercher en premier la forme dans laquelle l’école Waldorf peut accomplir ce rattachement à l’école supérieure. Immédiatement formellement, l’école Waldorf est donc aucunement une institution anthroposophique, mais une création libre, qui est donc toutefois construite sur la base de la pédagogie anthroposophique, mais aussi bien par la façon, comme elle se tient en vis-à-vis du public, comme aussi vis-à-vis d’institutions légales, elle n’est justement aucunement une institution anthroposophique, mais une école pour soi, qui a accueilli la pédagogie anthroposophique.
Supposez seulement, la libre école Waldorf comme telle serait désormais comme telle en une sorte de relation officielle à l’école supérieure à Dornach, alors l’école Waldorf deviendrait aussitôt une école anthroposophique. Évidemment il peut y avoir des points de vue, qui pourraient conduire à prendre une telle décision.
Mais de l’autre côté, il est donc à nouveau nécessaire de réfléchir si l’école Waldorf ne peut pas aussi réaliser sa tache de culture plus loin comme école libre dans une forme non retenue que quand elle est directement un membre de tout ce qui sort de Dornach. Car ce qui sort de Dornach sera aussi résumé/réuni à Dornach. L’école libre Waldorf entrerait-elle immédiatement en relation à Dornach, ainsi cela signifierait que pour toutes les affaires de l’école, qui alors tombent à l’intérieur de la section pédagogique de la société anthroposophique, la direction de l'école supérieure libre à Dornach serait en même temps responsable et aussi compétente. Car Dornach ne sera pas une décoration à l’avenir, comme l’étaient jusqu’à présent souvent les institutions anthroposophiques ; Dornach sera une réalité. Dans le fait chaque institution qui appartient à Dornach devrait aussi reconnaître la compétence de la direction de Dornach. Ce serait une conséquence nécessaire de cela. Et en même temps serait par là imprimé le caractère de l’ésotérique à toute la direction de l’école Waldorf. [...]
Avec le congrès de Noël, je suis devenu président de la société anthroposophique, et mes actions sont dorénavant celles du président de la société anthroposophique. Si désormais je nommais le conseil d’administration, ainsi il serait nommé par le président de la société anthroposophique. L’institution supérieure de la libre école Waldorf serait désignée par le comité de la société anthroposophique. Cela aussi est quelque chose qui pourrait être absolument envisagé. [...]
Maintenant il y a encore d’autres formes, dans lesquelles l’école libre Waldorf peut entrer en relation à Dornach. Et cela serait, quand l’école ne serait pas subordonnée à Dornach, mais quand le collège des professeurs comme tel, ou ces personnalités à l’intérieur du collège, qui veulent cela, non pour leur personne, mais comme professeur de l’école, entrent en relation à Dornach, au Goetheanum, à l’école supérieure libre de science de l’esprit. Alors serait que l’école ne prendrait pas le caractère, mais cela accentuerait vis-à-vis du monde extérieur que désormais aussi la section pédagogique au Goetheanum à Dornach sera considérée de manière permanente comme le donneur d’impulsion pour la pédagogie de l’école Waldorf, comment donc la pédagogie anthroposophique a aussi été considérée jusqu’à présent. La différence serait celle que le rapport à la pédagogie anthroposophique était jusqu’à présent un plus théorique, alors qu’à l’avenir le rapport serait un plus vivant, en ce qu’on s’orienterait soit comme collège des professeurs entier ou en des personnalités particulières d’après les impulsions qui se donnent comme professeur Waldorf, quand on est membre de l’école supérieure pour la science de l’esprit. Mais avec cela se formerait alors comme impossible que le conseil d’administration sera dans une certaine mesure nommé de Dornach.