Ecole libre Waldorf

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Collection: 111 - Qu'est-ce qu'une école libre ?
Sujet : Sans libération du système de formation, il y aura des révolutions.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA196 n288-289 (1992) 22/02/1920
Traducteur: FG Editeur: SITE

 

La possibilité que le spirituel s’étende ne viendra pas autrement que par là que la vie spirituelle se développe autonome. Sinon on doit toujours travailler dans des petits trous, comme nous avons dû le faire pour l’école Waldorf, parce que le droit scolaire wurtembourgeois avait encore cela : un trou où il était possible, d’ouvrir une école Waldorf purement d’après des lois spirituelles, des principes spirituels, que presque à aucun autre endroit de la Terre cela serait possible maintenant. Mais on peut donc établir ce qui est pendant à la vie de l’esprit, seulement à partir de la vie de l’esprit, quand vraiment seulement à partir du spirituel les choses seront cherchées. Pour l’instant la tendance de l’époque va entièrement contre. Mais cette tendance de l’époque ne comptera jamais avec ce qu’en fait, avec chaque nouvelle génération, apparaîtra toujours de plus en plus une nouvelle vie de l’esprit sur la Terre. Il est tout à fait indifférent si on érige aujourd’hui un état absolutiste ou une république des conseils, on poursuivrait avec de telles institutions sans la conscience que tout ce qui apparaît est soumis à la vie et doit se transformer perpétuellement, doit aussi aller par la mort, doit traverser de nouvelles formes, des métamorphoses, alors on ne préparerait rien d’autre que chaque fois la prochaine génération deviendrait révolutionnaire, car on incorporerait à l’organisme social seulement pour le présent, ce qu’on tient pour bon pour le présent. Aux principes qui, dans les régions occidentales, sont encore très nichés de manière secrète dans la phrase, doit venir celui de considérer l’organisme social comme un vivant.
On le considère tout de suite comme un vivant seulement quand on regarde à travers lui dans sa tri-articulation. C’est pourquoi il repose tout de suite dans la forte, terrible, intensive responsabilité de ceux qui déploient aujourd’hui un impérialisme à peu près sur toute la Terre par la mise en valeur économique, de devenir conscient que dans cet impérialisme doit être déversé le soin d’une véritable vie de l’esprit. Cela doit être ressenti comme un sarcasme que sur l’île britannique sera fondé un empire économique par-dessus le monde entier, et qu’alors, quand on veut de la spiritualité mystique particulièrement profonde, on va chez ceux qu’on a conquis économiquement, qu’on exploite économiquement et prend d’eux cette spiritualité. On a l’obligation de laisser couler à partir de soi de la substance spirituelle dans la forme extérieure de l’organisme social [...]
Il y a là seulement un l’un ou l’autre : ou bien l’effort reste dans le pur empire économique, alors la conséquence nécessaire est le déclin sûr de la civilisation terrestre – ou bien de l’esprit sera déversé dans cet empire économique, alors sera atteint ce qui en fait avait été envisagé avec l’évolution de la Terre. J’aimerais dire : chaque matin on devrait se reprocher cela de manière tout à fait sérieuse, et on devrait aménager toutes les actions isolées/individuelles au sens de cette impulsion. L’heure des mondes bat absolument sérieusement dans le présent. Cette heure des mondes bat terriblement sérieusement. Nous sommes dans une certaine mesure parvenus au point culminant du règne de la phrase. Nous devons, au moment auquel est pressé tout contenu de la phrase, qui une fois est entré dans les êtres humains d’une autre façon et qui a pour aujourd’hui aucune signification, accueillir ce qui dans notre vie psychique (NDT pour vie de l'âme) et sociale peut à nouveau amener dedans un véritable contenu substantiel. Nous devons nous rendre clair là-dessus que ce ou-bien-l’un ou-bien-l’autre, chacun a à le décider en fait pour lui-même aujourd’hui et que chacun avec ses forces de l’âme les plus intérieures doit prendre part à cette décision. Sinon on ne vit en fait pas avec les affaires de l’humanité.