Ecole libre Waldorf

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Collection: 111 - Qu'est-ce qu'une école libre ?
Sujet : Le professeur doit être actif sur tous les trois domaines.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA192 120-123 (1991) 18/05/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE

 

Qui contemple un peu le monde aujourd’hui avec quelques bases anthroposophiques, desquelles a été parler si souvent ici, il sait penser concret sur ce qui est là. Il regarde vers l'Ouest, il regarde vers l'Est, et il peut se fixer des tâches à partir des observations concrètes. Il regarde vers l’ouest dans ce monde anglo-américain, dans les grandes impulsions politiques qui nous, Européens du centre, nous sont devenues dommageables, mais qui sont généreuses, qui ont jouées depuis de nombreuses décennies – peut-être depuis plus longtemps, je peux seulement les suivre depuis des décennies. Oui, toutes ces grandes impulsions qui sont dans la vie politique de l’époque moderne, elles sont parties de la population anglo-américaine, car elle savait toujours compter avec les forces historiques. Lorsque durant la guerre, je tentais d’apprendre à quelques gens et disais : nous pouvons seulement résister aux forces qui partent de là avec de semblables, avec des forces sorties des impulsions historiques, là ils se moquaient de moi, parce que chez nous on n’a aucune croyance en de grandes impulsions historiques. Qui s’entend à étudier correctement l’Ouest aussi loin qu’il est anglo-américain, celui-là trouve là une somme d’instincts humains, d’impulsions, qui proviennent de la vie historique. Toutes ces impulsions sont de la sorte politico-économique. Il y a des impulsions élémentaires significatives à l’intérieur du règne anglo-américain, qui ont toutes une coloration politico-économique, qui toutes pensent politique ainsi que la politique sera pensée par l’économie. Mais maintenant il y a là une particularité ; c’est celle-ci : vous savez que quand nous parlons sur l'économique, ainsi nous promouvons que la fraternité régnerait à l’avenir dans l’économique ; elle fut tout de suite propulsée hors de l’aspiration politico-économique impérialiste occidentale. La fraternité était là tout de suite absente, elle a été éliminée. C’est pourquoi ce qui vivait là, adopta fortement le train capitaliste.
La fraternité, elle, se développa dans l'Est. Qui étudie l’Est dans toute sa façon spirituelle-psychique, il sait que là, le sens de la fraternité source vraiment de l’être humain. Et ainsi la particularité de l’Ouest était la marée haute de la vie économique sous la non-fraternité, tendant pour cela au capitalisme. Dans l’Est, la fraternité sans l'économie ; les deux ont été tenus hors l’un de l’autre par l’Europe du centre, par nous. Nous avons la tâche – et c’est cela que le professeur devrait savoir avant toutes choses -, nous avons la tâche de rassembler synthétiquement la fraternité de l’Est avec la non-fraternité, mais la façon de penser économique de l’Ouest. Alors nous socialisons dans le grand sens du monde, quand nous amenons cela en état.
Et à nouveau nous regardons vers l’Est avec une ligne d’orientation correcte. Là nous avons de tout temps une haute vie de l’esprit. Qu’elle serait aujourd’hui déjà morte, peut seulement prétendre quelqu’un qui ne comprend pas Rabindranath Tagore. Là l'être humain vit une vie spirituelle-politique. Cela est dans l’Est. Car a cette vie spirituelle-politique de l’Est manque quelque chose : la liberté. C’est un assujettissement qui va jusqu’à l’auto-délaissement de l'être humain dans le brahma ou le nirvana. C’est le jeu contraire à toute liberté. La liberté s’est conquise pour cela l’assujettissement de l’Ouest. Nous sommes là entre dedans, nous devons rassembler cela synthétiquement. Nous pouvons seulement une telle chose quand nous maintenons clairement liberté et fraternité hors l’un de l'autre dans la vie, et nous avons pour cela, ce qu’est l'égalité. Nous devons comprendre notre tâche pas seulement ainsi que tout s’envoie pour tout (NDT probablement "que tout se vaut"). Car c’est l’altération de toute aspiration à la réalité quand on pense abstraitement. Ces êtres humains qui croient qu’on pourrait établir un idéal unitaire abstrait de par la Terre entière, ou déterminer pour le présent un ordre de société tel qu’il serait valable éternellement, ruinent tout pensée à la mesure de la réalité. Ce n’est pas seulement un non-sens, mais pêcher contre la réalité, car chaque part de l’espace, et chaque part du temps a sa propre tâche, qu’on doit reconnaître. Mais alors on ne doit pas être paresseux, indiquer dans les rapports humains vraiment concrets. Alors on doit reconnaître sa tâche par ce qu’on s’entend à étudier les faits à la mesure du sens. La nouvelle pédagogie nationale nous a amené toujours plus loin d’une telle étude des faits à la mesure du sens. Elle ne veut rien savoir d’un tel parvenir concret aux phénomènes. Car là commence tout de suite la région où l’être humain se sent incertain aujourd’hui. Les êtres humains aimeraient aujourd’hui définir plutôt que caractériser. Ils aimeraient aujourd’hui accueillir en eux des structures de faits, plutôt que d’accepter ces structures de faits comme purs symptômes pour ce qui s’exprime dans les impulsions reposant plus profondément.
Je parle aujourd’hui ainsi, que ce dont je parle, devrait être retiré de la région à partir de laquelle on devrait aujourd’hui parler pédagogiquement. Et ces êtres humains qui peuvent le mieux entrer en considération par-dessus une telle région, ils sont aujourd’hui les meilleurs éducateurs et enseignants, pas ceux-là auxquels on demande s’ils savent ceci ou cela dans telle ou telle matière ; cela ils peuvent le lire du manuel ou ils peuvent se préparer pour l’heure à partir du lexique de conversation. Ce qu’ils sont comme être humain, c’est cela qui devrait entrer en considération pour les prochaines épreuves. Une telle vie de l’esprit en mutation pédagogique, cela rend de soi déjà nécessaire, qu’on ne sera pas purement préparé d’une certaine manière unilatérale pour la vie de la culture, mais que dans les trois branches de l’être humain, on se tienne vraiment dedans comme actif de l’esprit. Je ne me tiens pas à prétendre que celui qui n’a jamais travaillé avec la main ne peut voir de vérité de manière correcte, qu’il ne se tient jamais correctement dans la vie de l’esprit. Cela doit tout de suite être atteint, que l’être humain aille de-ci de-là dans les trois domaines de l’organisme social tri-articulé ; qu’il établisse des relations réelles aux trois membres de celui-ci ; que travaillant, vraiment travaillant, il soit vraiment dans tous les trois. Les possibilités pour cela, oh, elles se donneront. Mais le sens pour cela, il doit nommément entrer absolument dans la tête du futur formateur de la jeunesse.