triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Collection: 04 - LA VIE ECONOMIQUE ASSOCIATIVE
Sujet: Trouver la juste vie associative, est la tâche de l'Occident.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA083 365-368 (1981) 00/06/1922
Traducteur: FG Editeur: SITE

 

L'ancien Oriental se sentait dans un ordre social voulu par l'esprit. Les commandements du pouvoir de l'esprit que lui amenaient à la conscience ses guides, lui donnaient la représentation de comment il avait à s'articuler dans cet ordre. Ces guides avaient ces représentations de leurs visions dans le monde suprasensible. Le guidé éprouvait en elles les lignes directrices lui étant transmises du monde de l'esprit pour sa vie spirituelle, juridique et économique.
Les façons de voir sur le rapport de l'humain au spirituel, celles sur le comportement d'humain à humain, et aussi celles sur le soin de l'économique vinrent sur lui de la même source de commandement voulu par l'esprit. Vie de l'esprit, ordre étatique-juridique, approvisionnement économique étaient une unité dans le vécu. D'autant plus loin la culture s'étendait vers l'ouest, d'autant plus se séparaient de la vie de l'esprit, dans la conscience de l'humain, les rapports juridiques entre humain et humain et l'approvisionnement économique. La vie de l'esprit devint plus autonome. Les autres membres de l'ordre social restèrent encore une unité. Lors de l'avancée supplémentaire vers l'ouest ceux-ci se séparèrent aussi. À côté du juridique-étatique qui un temps durant régla aussi tout l'économique se forma une pensée économique autonome. L'humain occidental vit encore dans le processus de cette dernière séparation. Et en même temps lui croit cette tâche de former en une unité supérieure les trois membres séparés de la vie sociale, la vie de l'esprit, le comportement étatique-juridique, l'approvisionnement économique. Si cela lui réussit, ainsi l'humain oriental regardera compréhensif sur sa création, car il retrouvera ce qu'il a d'abord perdu, l'unité du vécu humain.

Sous les courants de partage, dont la collaboration et le se-combattre mutuellement décident de l'histoire humaine, se trouve la conquête du travail par la conscience humaine. Dans l'ancien orient, l'humain travaillait au sens de l'ordre voulu par l'esprit lui étant imposé. Dans ce sens, il se trouvait comme humain d'armée ou humain de travail. Avec les trains/courants de vie de culture vers l'occident le rapport d'humain à humain rentra dans la conscience humaine. Dans celles-ci était enfermé (NDT comme dans un cocon) le travail que l'un fait pour l'autre. Dans les représentations de droit perçaient celles de la valeur du travail. Une grande part de l'histoire romaine de l'antiquité représente cette croissance conjointe du concept de droit et de travail. Lors de l'avancée ultérieure de la culture vers l'ouest la vie de l'économie prit des formes toujours plus compliquées. Elle tirait le travail en soi, sans que la formation juridique, qu'il avait pris auparavant suffise aux exigences des nouvelles formes. Il se constitua une disharmonie entre représentations de travail et de droit. Établir de nouveau l'harmonie entre les deux est le grand problème social de l'occident.
Comment le travail peut trouver sa formation dans le système de droit sans être arraché hors de ce système par l'approvisionnement économique, cela est le contenu du problème. Quand l'occident en raison du calme social se rend sur le chemin d'une solution, l'orient rencontrera cela avec compréhension. Quand en occident le problème fabrique une pensée qui se vit en ébranlements sociaux, l'orient ne pourra pas gagner la confiance dans la poursuite de l'évolution de l'humanité par l'occident.

L'unité de vie de l'esprit, système de droit et approvisionnement économique dans le sens d'un ordre voulu par l'esprit peut seulement exister aussi longtemps que dans l'économie prédomine la culture de la terre, et commerce tout comme artisanat s'articulent comme sous ordonnés à l'exploitation de la terre. C'est pourquoi la pensée sociale voulue par l'esprit de l'ancien orient porte pour l'essentiel pour l'approvisionnement économique le caractère ordonné sur l'agriculture. Avec la démarche de la civilisation vers l'ouest le commerce apparaît comme approvisionnement économique autonome. Il exige la détermination du droit. On doit pouvoir faire du commerce avec chaque humain. Contre cela vient seulement la norme de droit abstraite. -En ce que la civilisation continue à progresser vers l'ouest, l'artisanat parviendra à être élément autonome dans l'approvisionnement économique par l'industrie. On peut seulement fabriquer des biens portant fruit quand avec les humains avec lesquels on doit travailler dans la production on vit dans une relation correspondant aux facultés et besoins humains. Le déploiement du système industriel exige à partir de la vie de l'économie des relations façonnées comme associatives, dans lesquelles les humains savent leurs besoins satisfaits, aussi loin que les conditions naturelles le permettent. Trouver la vie associative correcte est la tâche de l'ouest. Attesterait-elle celle-ci dans la croissance ainsi l'orient dira : notre vie s'écoula d'abord dans la fraternité, elle a disparu au cours des temps, le progrès de l'humanité nous l'a prise. L'ouest la laisse de nouveau fleurir de la vie économique associative. Il rétablit la confiance ainsi disparue dans la vraie humanité.