triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(contenu spécifique au site français)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 contact   BLOG  impressum 

triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(contenu spécifique au site français)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 contact   BLOG  impressum 

TABLE DES MATIÈRES

AVIS AU LECTE UR 12

PREMIÈRE CONFÉRENCE Berne, 11 mars 1919 13

L'économie, le droit et la culture, données de base pour une société des nations. — Critique de déclarations faites par des leaders politiques à la veille de la Grande guerre et de la situation sociale parmi les peuples à cette époque. L'idée de société des nations dans le discours de Wilson au Sénat le 22.1.1917. Nécessité de prendre en compte la question du capital et du travail lors de la fonda­tion d'une société des nations. Deux aspects du problème du capital : 1. Rapport entre capital et utilisation des aptitudes humaines. 2. Distinction entre gestion et propriété du capital. Le travail considéré comme marchandise selon l'analyse marxiste. Nécessité d'une triarticulation de l'organisme social. Définition des domaines so­ciaux distincts, en particulier la vie économique centrée sur le problème de la propriété. Réflexions critiques d'Herman Grimm sur le militarisme.

Echanges

Examen critique des idées socialistes : sur la dicta­ture du prolétariat ; la question du « Chacun selon ses capacités, chacun selon ses besoins » ; critique des programmes (de parti). La «tripartition» au­jourd'hui et demain. La question du militarisme à la lumière du texte de Clausewitz. Fichte et le « bolchevisme ».

DEUXIÈME CONFÉRENCE Berne, 17 mars 1919 69

Comment comprendre le travail du prolétaire au‑ jourd'hui ? — Opposition entre la théorie bour‑ geoise d'un ordre moral du monde et la réalité vécue par le prolétariat. Le prolétariat, vivante criti­que de la civilisation moderne, vue sous l'angle du matérialisme historique, de la théorie marxiste de la plus-value, de la valeur marchande du travail et de la lutte des classes. Points de vue qui s'annoncent comme des courants nouveaux derrière l'ap­parence des revendications : premièrement la nostalgie d'une vie de l'esprit qui rend possible une qualité de vie digne de l'homme ; deuxièmement, l'exigence d'une organisation juridique où le travail soit affranchi de son caractère de marchandise ; troisièmement, de nouvelles conditions juridiques qui permettent d'en finir avec la lutte des classes. Ce qui est à faire, en l'occurrence ce que l'état ne doit pas faire. L'idée de la tripartition et détail de quelques aspects qui cernent de plus près la nature des trois domaines.

TROISIÈME CONFÉRENCE Winterthur, 19 mars 1919 105

Que demande la classe ouvrière et comment lui donner satisfaction à l'avenir ? — Le mouvement ouvrier, vivante critique de la civilisation moderne. Discussion de trois concepts présents dans le monde ouvrier : le matérialisme historique, la théo­rie marxiste de la plus-value, la théorie de la lutte des classes. Nature et importance d'une libre vie de l'esprit et nécessité de remplacer le règne du passe-droit par celui du droit. De l'état unitaire à l'organisme social tripartite. Les deux limites de la vie économique. Le rôle déterminant du travail dans le calcul des prix. L'ensemble des moyens de production, contre-valeur de l'argent. Rapport en­tre les moyens de production et l'état de droit d'une part, la vie de l'esprit de l'autre. Conséquen­ces d'un passage des moyens de production aux mains de la communauté.

Échanges

L'idée de la tripartition, contraire d'une utopie et en opposition à l'ancienne division en états. L'homme, point de cristallisation entre les trois membres de l'organisme social. Différence entre propriété et gestion. La pensée vaincue par les programmes et comment vaincre les habitudes.

QUATRIÈME CONFÉRENCE Berlin, 2 avril 1919 151

Que demande la classe ouvrière et comment lui donner satisfaction à l'avenir ? — La fracture entre les classes ci-devant dirigeantes et les revendica­tions voulues par l'époque. Le prolétariat et son rapport avec la vie culturelle. Le langage des faits et les jugements de personnalités politiques au pou­voir. La situation politique en Europe : une tumeur cancéreuse. Trois points de vue à la base des re­vendications ouvrières : la théorie de la plus-value ; le problème du travail considéré comme une mar­chandise ; la lutte des classes. L'exemple de l'Autriche pour illustrer la tendance moderne à fu­sionner vie économique, vie spirituelle et vie de l'état. Aperçus sur l'émancipation de la vie spiri­tuelle, juridique et économique. Problème de l'économie associative. Réglementation des condi­tions de travail, de la monnaie, du régime de la propriété et du cycle du patrimoine dans l'organisme social tripartite. La démocratie dans l'état de droit. La mise à l'écart du capitalisme ac­tuel liée à l'affranchissement de la vie spirituelle. Liberté, égalité, fraternité. Le prolétariat appelé à libérer l'humanité.

Échanges :

L'idée de la gratuité de la terre comme de l'argent et la question de la monnaie. Fonction sociale du capital. Nécessité d'élaborer une entente sociale dans les écoles. La tripartition de l'organisme hu­main, image de la tripartition de l'organisme social. Justice dans la vie sociale et problèmes de l'état de droit.

CINQUIÈME CONFÉRENCE Bâle, 9 avril 1919 193

Vouloir social et revendications ouvrières — Le manifeste du parti communiste et le marxisme historique. La question de l'idéologie et la théorie de la lutte des classes. Liquidation des anciennes conditions de production par la productivité. La pensée marxiste-ouvrière marquée par le postulat scientifique et ses conséquences pour la vie sociale. Tendances unificatrices. La vision prolétaire du monde et ses rapports avec le monde bourgeois. La Grande guerre conséquence des structures éta­tiques. Stérilité d'une vie spirituelle régentée par l'état, à l'exemple entre autres de la société Goethe. La partition, source de santé pour l'organisme so­cial. La législation du travail et son importance pour le calcul des prix. Problème de la collectivisa­tion de la propriété privée. Le partage du travail et l'égoïsme. Importance d'une libre vie de l'esprit pour le cycle du capital. Esprit ou matière ? La tri­partition de l'organisme social, manifestation d'une vérité supérieure originelle et sa différence avec l'ancienne classification par états. L'individualité humaine et son lien avec les trois composantes de l'organisme social. Le courage nécessaire à un vouloir social nouveau.

Échanges :

L'homme victime de concepts figés. Circulation des moyens de production au lieu de nationalisa­tion. L'amour du prochain et le message du Christ aujourd'hui. La tripartition de l'organisme humain et son début dans « Les énigmes de l'âme ».

S

9

IXIÈME CONFÉRENCE Berne, 14 octobre 1919 247

Fondements spirituels de la question sociale — Pré­liminaires personnels. Étroitesse de la pensée mar­xiste. Désert de l'âme chez l'ouvrier consécutif à la vision matérialiste du monde. Le travail considéré comme une marchandise. La dictature du proléta­riat et le Manifeste du parti communiste. La col­lectivisation des moyens de production et le pro­blème de la plus-value. Mission de la science de l'esprit d'orientation anthroposophique. Irréalisme de la vision sociale jusqu'à maintenant. La vie juri­dique indépendante de la vie économique. Dangers des révolutions politiques et raison d'être des ré­volutions spirituelles. Lénine et Trotski, fossoyeurs de la civilisation. Une éducation libre, objectif pri­mordial. Protestation des générations futures à la suite de la collectivisation des moyens de produc­tion. Possibilités de concrétiser la tripartition en Suisse. Effets combinés du libéralisme, de la dé­mocratie et du socialisme.

Échanges :

Différence entre l'idée de la tripartition et l'ancienne classification en trois états. Parlementa­risme et vie de l'état. Inanité des programmes so­ciaux. Les lois qui régissent l'organisme social. La tripartition, une exigence d'aujourd'hui.

SEPTIÈME CONFÉRENCE Bâle, 20 octobre 1919 301

La science de l'esprit (anthroposophie) devant les exigences culturelles présentes et futures — Le bâ­timent à Domach, symbole d'un mouvement spi­rituel. L'eurythmie et le caractère de la « Philosophie de la liberté ». La liberté selon Woo­drow Wilson. Convergence de vues entre son ana­lyse et celle de Lénine et Trotski. La question de la liberté et son point de départ dans « Philosophie de la liberté ». Passage d'une philosophie de la li­berté à l'Anthroposophie. L'homme coupé du cosmos, la pire des blessures causée à l'humanité et le moyen d'en guérir. Vers des connaissances supé­rieures. Trois sortes de révolution : spirituelle, po­litique, économique. Insuffisance des vues chez Saint-Simon, Fourier et Blanc. Rabindranath Ta­gore, critique de son temps. Mission de la science de l'esprit d'orientation anthroposophique.

Échanges :

Intrevention du Dr. Roman Boos

HUITIÈME CONFÉRENCE Berne, 6 novembre 1919 341

L'esprit, guide et passeur du monde sensible au monde suprasensible — L'idée de la plante origi­nelle chez Goethe. Rapport de l'anthroposophie avec la science et la religion. Le monopole des confessions religieuses sur la vision du monde. Les sciences de la nature dans la perspective gce­théenne, point de départ pour la connaissance reli­gieuse et la connaissance de l'esprit. Solitude de l'homme moderne. L'idée des vies terrestres suc­cessives dans « L'éducation du genre humain » de Lessing. Le rêve et l'infra-humain. L'hypnose. Évolution de l'homme et de l'humanité. La connaissance de l'esprit, fondement de la vie future en société.

NEUVIÈME CONFÉRENCE Bâle, 10 novembre 1919 379

L'esprit, guide et passeur du monde sensible au monde suprasensible — La science de l'esprit d'orientation anthroposophique, prolongement de la pensée scientifique. L'idée goethéenne de la plante originelle. L'hégémonie des orientations pri­ses par les confessions religieuses, un obstacle mis à la quête de l'âme et de l'esprit. Signification des exercices de concentration et de méditation dans le travail intérieur de l'âme. Nature du souvenir. La pratique consciente de la force du souvenir. Signi­fication du vouloir conscient. Le lien psycho-spi­rituel avec l'autre. La connaissance des vies succes­sives sur la terre et son incidence sur la vie des hommes en société. Volonté et désir. Médium­nisme, hypnose et spiritisme. Intrépidité et capacité de souffrance en rapport avec le chemin de déve­loppement intérieur. Méthodologie de Schelling. La modestie intellectuelle, préalable à la quête de l'esprit. Connaissances suprasensibles, leur rôle dans la vie des hommes en société.

APPENDICE Münchenstein, 10 avril 1919 417

Notes 427

OEuvres de Rudolf Steiner di, ponibles en français 471