agriculture et triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(contenu spécifique au site français)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch English Dutch Skandinavisk Français Italiano Español Português (Brasileiro) Russisch
Recherche
 contact   BLOG  impressum 

Version en cours d'amélioration : état au 03/08/2019 - Retour au menu des pages thématiques

L'agriculture au regard de la vie sociale et économique

Dans les cercles s'intéressant à l'anthroposophie, voire, bien au delà, parmi ceux qui connaissent la marque "Demeter", avec le thème agriculture, on pense trop souvent tout de suite à l'agriculture biologique-dynamique et au "Cours aux agriculteurs". Cette façon de voir a aussi sa place dans le monde des diverses "écologies", en tant que rapport plus général à la nature, mais c'est justement ce qui sera ici délibérément tenu de côté pour mettre l'accent sur tout ce que Steiner a dit sur la place de l'agriculture parmi les autres activités humaines.

En effet l'agriculture n'est pas seulement une vie humaine de l'esprit face à la nature, loin de là. Pour R. Steiner non plus, d'ailleurs. Ne se pourrait-il pas que son renouvellement durable, et par conséquent aussi celui de la question écologique, aujourd'hui souvent transformée en argument de vente ou d'éthique qui s'imposerait aux individus,  où cette activité économique tient une place centrale tant en pollutions diverses qu'en raréfaction de la diversité des espèces vivantes, mais aussi comme solution possible, ne soit assuré que par l'évolution des formes d'organisation sociale ?
N'est il pas symptomatique aussi, ce dont je me suis aperçu seulement très récemment, que le français parle d'agri-culture là où l'allemand dit : "Land-wirtschaft" : pays - économie et donc l'inversion étant courante entre les deux langues, économie de pays... bref les paysans y pratiqueraient une économie quand en France ils pratiquent une culture !

Une fois un peu approfondie la démarche de R. Steiner à ce sujet, tout comme par  l'examen des divers courant de réforme sociale se réclamant plus au moins de sa tri-articulation, parfois contradictoirement sur certains points, tout le monde en convient : l'agriculture est (quand-même) un problème à part dans les activités économiques. Et cela même si on continue de plus belle à remettre en cause, depuis bientôt trente ans, le statut particulier qu'elle avait encore au sortir de la deuxième guerre mondiale, comme vestige d'une vieille sagesse (?) dans l'organisation sociale pour en faire une activité purement économique parmi les autres activités économiques.

Cela rend bien plus difficiles et périlleuses, par de nombreux aspects du quotidien, les installations de jeunes, particulièrement quand ils n'en sont pas issus de familles, et donc avec les facilités au moins liées à l'héritage et qu'ils la veule en plus : "bio", "écologique"voire plus. Les multiples tentatives déjà en cours pour solutionner cet aspect d'accès au sol et au "patrimoine" nécessaire se révèlent déjà souvent insuffisantes aujourd'hui. Elles comportent aussi de nombreuses "chausse-trappes" et cela à fortiori dans un avenir pas si éloigné. Il conviendra donc de consulter en parallèle la page consacrée à l'aspect foncier et "patrimonial" :

http://www.triarticulation.fr/Institut/FG/PagesThematiques/Foncier.html.

Ici nous essayerons de nous concentrer davantage à l'aspect de l'activité.

Et bien souvent des élans nouveaux pour ces métiers s'effilochent où se brisent... alors que les agriculteurs vieillissent et les exploitations grossissent, s'industrialisent avec le cortège de dégâts écologico-sociaux correspondants. Dans l'est, déjà dès l'ancienne RDA, des bans communaux entiers seraient parfois exploités par des prestataires de machines agricoles commandés saisonnièrement par des gérants de sociétés basés en des centre urbains souvent éloignés mais propices aux affaires...

Le premier budget de l'Union européenne parle aussi dans ce sens à sa façon : prime à la surface bien sûr, et de toute façon déjà pour les plus petits : sans subventions plus d'agriculture en Europe ou bien plus d'Europe en terme de culture, de paysages dont tout le monde convient qu'ils se sont quand-même bien dégradés ces soixante dernières années !
Et personne ne voudrait des conditions faites aux agriculteurs ailleurs dans le monde (Le cas nord-américain étant à examiner de plus près). On va pourtant tout droit vers des gestions collectives et extérieures de ces métiers qui ont souvent été auréolés de l'autonomie relative de l'individu à certains moments de l'histoire. Déjà dans la Rome antique !

Alors pour les courageux idéalistes pratiques qui suivent ceux qui restent de l'impulsion néo-rurale d'après 68 et avaient pu se frayer un chemin dans les vestiges de l'ancienne paysannerie mourante, je fournirais ici, en essayant de devenir progressivement complet :

1 - ce que le précurseur R. Steiner à fourni en son temps
2 - ce que ces successeurs en on fait ou ajouté
3 - des éléments d'histoire pour mieux mesurer ce qu'était la situation il y a cent ans et éclairer par rebond ce qu'elle est devenue à l'ère des drônes, robots et autres automatismes.
4 - et enfin un choix d'initiatives pour faire face, en attendant des changements structurels allant dans le sens de notre vision des choses, avec leurs points forts, faibles ou probablement illusoires.

1- Dans l’œuvre de R. Steiner

On trouve justement, encore pêle-mêle en attendant une étude "Agriculture et industrie" chez Rudolf Steiner publiée par Roman Boos que je viens de mettre en chantier :

- exception à l'exemple du tailleur? L'agriculture à l'ère de la division du travail
- petites et grandes exploitations
- villes-campagnes
- du fumier
- de la vache qui appartient à la fertilité du sol et ne devient marchandise qu'à l'abattoir
- du "blé" comme étalon de la monnaie
- des agriculteurs qui vivent plus ou moins bien selon l'importance des professions qui les entourent
- de la différence entre moyen de production agricole et industriel et de leur transmission.332a_5avDQ
- une autre ref en oct 2014

- Déterminer des prix corrects par association d'agriculture et industrie
- L'association de l'agriculture et de l'industrie empêchée par le pouvoir d’État.
-Konservative und liberaleParteirichtungen in ihrem Zusammenhang mit Agrarwesen und Industrie .10.Oktober1919
-
337b 176-178 1999 1 11101920 banquier Adolf Koch:Quand ‘Le jour qui vient’ est en situation de prendre aussi des exploitations agricoles, alors c'est absolument souhaitable; mais nous devons voir partout que nous pouvons aussi intégrer des industries de machines ou d'autres.

-"Tout comme l'agriculteur, qui n'a pas encore entendu parler de l'air, ne croit pas que l'air l'entoure, mais pense qu'il n'y a rien, ainsi on croit par la conscience ordinaire qu'il n'y aurait rien là où quelque chose ne peut pas être perçu par les sens." 072 conf 5 : il nous prend pour des niais ou quoi ?

-Rôle de la science de l'esprit respectivement à la science de la nature et à la science sociale, et les unes aux autres comme éclairage de la place épistémologique de l'agriculture comme "science".

2- Dans celle de la tri-articulation ou de l'impulsion sociale anthroposophique depuis

- Le pouvoir voilé de l'argent, Alexandre Caspar , février 2018, le seul qui, pour l'instant suit conséquemment la suggestion de la conférence finale du cours d'économie sur l'étalon "blé".

- La position à part de l’agriculture dans le processus d’économie politique. Stephan Eisenhut (traduction revue)

- Entretien imaginaire avec Rudolf Steiner - B. Prieur - 1993 (une version référencée est en préparation)

- Coopérer ou sombrer. L'agriculture, fondement de l'économie. Compte rendu du séminaire animé par W. E. Barkhoff, lors de l'Assemblée Générale du Syndicat d'Agriculture Bio - Dynamique
les 1 et 2 décembre 1990 (exemplaires papier disponibles au Mouvrement d'agriculture biodynamique)

- Le «devenir abstrait» de l'argent et ses conséquences (notamment pour l'agriculture)- Bernhard Steiner

- La nostalgie envers le rédempteur-machines, 7ème partie de "La révolution digitale et notre revenu" de Johannes Mosmann

3- Éléments historiques

- état de l'agriculture au temps de R. Steiner et du Cours aux agriculteurs > Larousse agricole 1921 et autres manuels

- Vue par W. von Humboldt

- enjeux autour des SAFER lors de l'accession au pouvoir de F. Mitterrand en 1981 (études tirée d'une publication sur "Médipart" voici quelques années).

4 - Initiatives à connaître pour avancer (nouveau)

- Luzernenhof

- Regionalwert